PlanHot : [France] Point sur la résistance anti Interdiction de fumer : Votre forum de rencontres adultes GRATUIT !
 
Plan Hot : Forum de rencontres sexys entre adultes - PlanHot.com :.
 Planhot = Safe Sex and Surf - Planhot, votre forum adulte sans virus ni malwares - Surfez sans craintes 
Plan Hot - Votre forum de rencontres Sexys !

Forum consacré aux dialogues et rencontres adultes de tout type. Des rendez-vous chauds, des échanges, des opportunités d'une nuit, des moeurs spéciales à partager, tout ceci en live sur notre forum libertin.
Ce forum est réservé aux personnes majeures. Je ne suis pas majeur.


 Forum de rencontres sexys PlanHot : Les FAQs de notre forum :.FAQ   Forum de rencontres libertines PlanHot : Nos moteurs de recherches :.Rechercher   Forum de rencontres libertines PlanHot : La liste de tous nos membres libertins :.Liste membres   Forum de rencontres coquines PlanHot : Tous nos groupes libertins :.Groupes   Forum de rencontres sexys PlanHot : Tous les sondages sexys de notre forum :.Sondages   Forum de rencontres libertines PlanHot : Les différents rangs de notre forum :.Rangs   Forum de rencontres sexys PlanHot : Version du forum :.Version   Forum de rencontres sexys PlanHot : La carte de répartition géographique des membres :.Carte membres 
 Forum de rencontres adultes : S'enregistrer :. >> S'enregistrer <<    Forum de rencontres adultes : Modifier votre profil et vos informations :.Votre profil   Forum de rencontres adultes : Se connecter pour vérifier ses messages privés :.Se connecter pour vérifier ses messages privés   Forum de rencontres adultes : Connexion :.Connexion 

  Services Forum  |  Boutique Sexy SexShop  *  Galeries Photos Adultes Gratuites  *  Vidéos Adultes  *  Newsletters Gratuites  |  



PlanHot > Post [France] Point sur la résistance anti Interdiction de fumer

 
Répondre au sujet    Plan Hot - Forum rencontres adultes Sexys -> Retour partie Tout le reste
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 07 Jan 2008, 17:57    Sujet du message: [France] Point sur la résistance anti Interdiction de fumer Répondre en citant

Interdiction de fumer: le café résistant de Lyon se fait verbaliser

Le 203, café situé à Lyon ne voulait pas se soumettre à l'interdiction de fumer dans tous les cafés, restaurants, discothèques, effective au 1er janvier 2008. Ce même café a subi une grosse médiatisation et a donc attiré de nombreux clients. Mais la police ne l'entendait pas cette oreille. Tres triste

Jeudi soir, deux camionnettes de CRS se sont garées devant le café lyonnais. Plusieurs CRS en civil ont pénétré dans le café et ont commencé à verbaliser un fumeur pris en flagrant délit de grillage de clope. Ce client devra payer une amende de 68€.

"Je me considère comme un résistant en temps de paix", affirme Christophe Cedat, patron du Café 203, haut-lieu de convivialité de Lyon.

Le patron recevra lui aussi une amende non seulement pour avoir laisser les clients fumer dans son établissement mais aussi pour avoir laisser les cendriers sur les tables du café, ce qui pousse à enfreindre la loi. Il risque en principe 135 euros d’amende pour le fumeur repéré et 750 euros pour l’incitation

Non content de cette grosse amende, il s'est aussi engagé à payer les procès verbaux de ses clients.

De son côté, la Préfecture de police se contente d'affirmer que "la Loi s'appliquera partout, et les contrevenants seront sanctionnés des amendes et éventuelles fermetures administratives prévues par celle-ci."
A cela, Christophe Cebat a sa réponse : "Ce ne sera pas une fermeture, ce sera de la censure!"


«Un acte de délinquance artistique»

Mais malgré cette «démonstration de force», le patron de ce café situé dans le centre ville de Lyon n'est pas du tout intimidé et a l'intention de poursuivre son mouvement. Après le départ des policiers, intervenus à la suite d'un signalement d'une association pour le droit des non-fumeurs, les clients du café ont continué de fumer. Christophe Cedat refuse d'interdire la cigarette dans son bar et voit dans son établissement un «lieu de pèlerinage» pour les fumeurs.

Selon lui, son geste de désobéissance se double d'un «acte de délinquance artistique et d'une expérience artistique et sociale». Il a ainsi photographié les mégots laissés dans le fond des cendriers pour en faire des «images d'art». Il compte sur les recettes de leur vente sur Internet pour financer les contraventions qu'il ne manquera pas de récolter.


Alors à quand des restaurants ou des clubs privés pour fumeurs, où l'on puisse de nouveau fumer en mangeant, ou fumer avec son café ?


Loi anti-tabac: "Je suis en résistance" Propos recueillis par Benjamin BONNEAU LeJDD.fr

Citation:
Entrée en vigueur au 1e janvier 2008, la loi anti-tabac a fait sa première victime. Vendredi, une vingtaine de policiers ont pénétré dans le Café 203, à Lyon. Dénoncé par une association pour le droit des non-fumeurs, le patron de l'établissement, Christophe Cedat, a écopé d'une amende pour avoir laissé fumer ses clients. Revendiquant "un acte de délinquance artistique", il a accepté de s'expliquer pour leJDD.fr.
La lutte contre la loi anti-tabac entrée en vigueur le 1er janvier 2008 ne fait que commencer. (Reuters)


Vous êtes donc la première victime de la loi anti-tabac. Pouvez-vous nous raconter comment s'est passée l'intervention de la police?
Je faisais mes courses et un serveur m'a appelé catastrophé pour me dire qu'il y avait une descente de police dans mon établissement. Je lui ai dit de se calmer, mais je vous avoue que quand j'ai vu tous ces policiers devant chez moi, un camion de la BAC, cela m'a quand même un peu surpris. On aurait dit qu'ils avaient encerclé tout le quartier! Ensuite, tout s'est passé très tranquillement.

Comment les clients ont-ils réagi quand la vingtaine de policiers est entrée dans votre bar?
Ils ont tous éteint leur cigarette, ce qui est logique. Personne n'a contesté. Cela les a même plutôt fait marrer de voir tout ce cirque pour quelques clopes. Sauf quelques-uns qui ont commencé à huer les policiers mais je leur ai vite demandé de cesser car ce ne sont pas les forces de l'ordre qui ont fait passer cette loi, ils sont juste là pour faire leur boulot.

Sur une quarantaine de fumeurs, seule une personne a écopé d'une amende. Avez-vous reçu une explication?
Non, et je me demande toujours pourquoi! Comme je vous l'expliquais à l'instant, tout le monde avait éteint sa cigarette, sauf quelques-uns qui n'avaient peut-être pas fait attention. Parmi eux, il y avait donc ce monsieur accoudé au bar. Ils l'ont emmené dehors et lui ont donné une contravention. Sauf qu'à la table d'à côté, d'autres fumeurs ont reçu un simple rappel à la loi. Pourquoi? Je n'en sais rien...

"Je ne suis pas le seul dans cette croisade"

Vous dénoncez une "opération de communication". Pourquoi?
Tout simplement car cela m'a été présenté comme ça ! Quand le premier policier est entré dans mon café, il s'est présenté devant l'un de mes employés et lui a dit: "Ne vous inquiétez pas, c'est uniquement médiatique"... Et à peine quelques secondes plus tard, un journaliste m'appelait pour me demander s'il y avait bien eu une descente de police dans mon établissement. Quand je lui ai dit que celle-ci n'avait pas encore vraiment commencé, il a raccroché sans donner son identité... Est-ce que cela ne rentre pas dans ce qu'on peut appeler une opération de communication? Pour moi, la réponse est claire...

Pourquoi avez-vous décidé d'entrer en résistance contre la loi anti-tabac?
Tout d'abord, je tiens à préciser que mon objectif n'est pas d'essayer de décrédibiliser l'Etat, pas du tout. Ce que je souhaite, c'est ouvrir le débat sur ce sujet sensible. Pour avoir été le premier à avoir ouvert un café entièrement non fumeur, en 2000, je pense avoir quand même une certaine expérience dans le domaine. Et je ne suis pas le seul dans cette croisade. M. Gerin (le maire de Vénissieux, une commune voisine, Ndlr) m'a d'ailleurs apporté récemment une lettre de soutien explicite. Un autre élu est venu dans mon établissement anonymement et a fumé clope sur clope. Il ne m'a rien dit mais son message était sans ambigüité... D'autres élus de la République sont derrière moi. J'ai également reçu des appels de hauts-fonctionnaires ou magistrats, que je ne citerai pas, pour me remercier de mon action. Je ne suis pas un illuminé qui se rebelle mais un citoyen qui veut défendre sa liberté face aux Ayatollah hygiénistes.

Vous photographiez les mégots pour ensuite revendre les clichés afin de payer vos futures contraventions. Est-ce de la provocation?
Je suis entré depuis un bon moment dans une démarche d'observation sociale et artistique. Je ne suis qu'un simple propriétaire de café donc je n'ai pas un budget illimité pour payer des contraventions. J'ai donc eu cette idée il y a trois mois afin de financer cet acte de citoyenneté.

"Si l'Etat veut me mettre en prison, qu'il le fasse"

Et cela marche?
Très bien! Je ne fais d'ailleurs pas que des photos, je vends aussi des cendriers. Les gens m'en commandent en signe de solidarité. Certaines personnes m'ont même proposé de l'argent sans rien en retour mais j'ai refusé car je ne fais pas d'appel aux dons, je veux me débrouiller. J'ai vendu la moitié des photos de mon exposition. Mon cendrier est devenu une icône de la lutte contre les hygiénistes afin d'enrayer cette dérive fascisante.

Est-ce que les clients fument dans votre bar aujourd'hui?
Non, pour une raison simple: j'ai une salarié qui est non fumeuse donc je ne veux pas lui polluer son atmosphère. Sur la porte, j'ai donc averti mes clients que la lutte reprendrait à 18h30. Quand ma serveuse sera partie, alors les clients auront le droit de s'allumer une cigarette s'ils en ont envie.

Que comptez-vous faire à l'avenir?
Continuer la lutte, car elle est sans limite. Je suis en résistance pour la liberté de faire ce que l'on veut. Si l'Etat veut me mettre en prison, qu'il le fasse. Mais je croyais qu'en France on n'emprisonnait plus les artistes depuis un moment... Le tabac est un poison? Alors que l'Etat arrête de s'engraisser en le vendant!



Soutenez le Café 203

Un autre site contre la loi anti tabac, voir aussi http://augrenadier.site.voila.fr/



café 203.jpg
 Description:
Café 203, haut-lieu de convivialité
 Taille du fichier:  77.09 Ko
 Vu:  29724 fois

café 203.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 07 Jan 2008, 18:09    Sujet du message: Répondre en citant

Contre l’interdiction de fumer dans les lieux publics

La Mission parlementaire d’information sur l’interdiction du tabac dans les lieux publics va rendre public les conclusions de ses travaux, sans avoir accepté d’entendre les représentants des 16 millions de fumeurs en France.

Cette absence de débat démocratique, au niveau d’une mission parlementaire d’information, est une première. Elle n’a pas non plus voulu tenir compte de l’opinion des Françaises et des Français (sondage IFOP du 15 septembre) qui dans leur immense majorité, 86%, sont pour une coexistence séparée entre fumeurs et non-fumeurs. Rien d’étonnant toutefois, lorsque l’on examine la composition de ce groupe, essentiellement constitué de personnalités antitabac, pour qui dès le premier jour, « la messe était dite ».

Le Collectif des Amoureux de l’Art de Vivre, qui regroupe des centaines d’associations, clubs et confréries, et plus de 60 000 signatures à ce jour, milite pour une société tolérante, respectueuse des droits des uns et des autres, et fraternelle.

La Mission parlementaire n’avait d’information que le nom. Elle s’est comportée, comme un tribunal d’exception, sans aucun respect pour les droits de la défense.

Les Français répondront à cette dérive prohibitionniste sur le terrain.


Mail : deputes.senateurs@groupembc.com


Source : place-publique.fr


Boycottons les cafés de fins de repas et les bières sur le Zinc, au lieu de sortir dans un bar entre amis préférez recevoir chez vous

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 07 Jan 2008, 18:10    Sujet du message: Répondre en citant

La chicha fait de la résistance

L'Union des professionnels du narguilé (UPN) s'est déclarée jeudi prête à "attaquer" le décret interdisant de fumer dans les bars au 1er janvier, s'il n'est pas aménagé afin de permettre aux salons à chicha de continuer leur activité. Le président de l'UPN Badri Helou a demandé un "aménagement" du décret qui interdira totalement de fumer dans les bars et restaurants au 1er janvier, pour que "le salon à narguilé puisse continuer à exister". Mais en l'absence de décision, "on continue notre activité commerciale et ça entraînera ce que ça entraînera en 2008", a-t-il déclaré. Il se dit "prêt à attaquer le décret dès sa mise en application et les premiers procès-verbaux". "Je ne vois pas comment vous allez empêcher un jeune qui a investi 200.000 euros de continuer son activité", a-t-il expliqué.

Les salons à narguilé, souvent créés par des jeunes "de milieux défavorisés et issus de l'immigration" qui se sont endettés pour ouvrir leur commerce, sont 800 en France et emploient 4.000 personnes, fait valoir Badrid Helou. Les professionnels sont prêts à faire "beaucoup de concessions", assure l'UPN, qui évoque l'installation d'extracteurs d'air homologués ou une charte précisant les règles d'entretien des ustensiles ou de visite médicale des employés. "A deux semaines de l'application du décret, le ministère des Finances ne nous reçoit pas", déplore Badrid Helou, qui demande que Nicolas Sarkozy "tienne ses promesses" d'aménager le décret. L'interdiction de fumer, déjà en vigueur dans la plupart des lieux publics, doit être généralisée aux salons à narguilé et aux autres lieux de "convivialité" (bars, casinos, tabacs, discothèques, hôtels et restaurants), à partir du 1er janvier.


La résistance des narguilés à AIX

A Aix, certains cafés à chichas n'ont toujours pas arrêté de fumer. Malgré l'interdiction dans les lieux publics et les amendes promises à tout fraudeur depuis le 1er janvier, les patrons n'en démordent pas : pour eux leurs établissements représentent une minorité aujourd'hui menacée. Ils n'envisagent donc aucune reconversion, et se disent prêts à entamer une véritable lutte pour modifier la loi.


Un bar à narguilé fait de la résistance en côte-d'or

Espace réservé aux fumeurs de narghilé et à leurs amis. Merci de nous laisser VIVRE. » Le message sur l'ardoise extérieure du « Shanti », bar à chicha emblématique de Dijon, est explicite. Willy, le gérant, sait qu'il prend un risque en continuant de proposer à ses clients de fumer le narghilé (*), qu'il qualifie de « convivial ».
Cela fait trois ans que son établissement est interdit aux fumeurs de cigarettes. De plus, Willy indique clairement que son bar est interdit aux moins de 16 ans et prévient ses clients qu'ils risquent une amende. Il assure être largement soutenu par ces derniers.
« Nous sommes une majorité à continuer »; « Je comprends que la loi soit appliquée dans la plupart des bars et des restaurants, mais dans les bars à chicha, la problématique n'est pas la même, les clients viennent spécialement pour fumer. C'est comme si on disait à un cinéma qu'il n'a plus le droit de passer des films, seulement de vendre du pop-corn. Le président de la République nous avait promis un assouplissement de la loi antitabac avant son élection et n'a pas tenu sa promesse. Nous sommes presque 800 bars à narguilé en France (ce qui représente environ 3 000 salariés) à vouloir un aménagement du décret ou une tolérance. Nous sommes une majorité à continuer notre activité. L'Union des professionnels du narguilé (UPN), qui a déjà réalisé des manifestations avant l'application du décret, souhaite que dès qu'une amende sera dressée, elle soit contestée devant la justice. » Et le propriétaire du « Shanti » d'insister sur l'investissement financier que constitue son bar : « Je me suis endetté pour créer ce commerce, j'ai un bail à payer et j'ai des enfants à nourrir, comme tout le monde. » De plus, au 31 décembre, Willy a dû se séparer de trois personnes. « En prévision de la loi, j'ai été obligé de faire en sorte que leurs contrats se terminent à cette période. » Il dénonce aussi le fait de « n'avoir rien reçu pour nous proposer des solutions pour transformer nos commerces ». Non sans humour et avec l'espoir que les choses puissent bouger, Willy « invite tous les élus à venir fumer gratuitement le narguilé pour qu'ils partagent et découvrent cette convivialité, qu'ils rencontrent la jeunesse qui aime venir dans mon établissement. »

V. L. Le Bien Public

(*) Narguilé, narghilé, narghileh, narguila ou hookah est un mot persan qui désigne une pipe orientale, à long tuyau flexible, dans laquelle la fumée passe par un flacon rempli d'eau parfumée avant d'arriver à la bouche.

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 07 Jan 2008, 18:14    Sujet du message: Répondre en citant

Après Lyon au 203, L'île d'Ouessant se déclare île Fumeurs !

Un reportage aujourd'hui dans le journal de 13 heures sur TF1 montre les habitants de l'île Ouessant se foutre de la loi anti-tabac et Fumer devant la caméra !

BRAVO ! La résistance vient de Bretagne !

Mieux encore : Les forces de l'ordre n'ont pas verbalisé ces gens ! par contre, dans un petit village de 300 habitants, BUNZAC à 20 kms d'Angoulème, un client de petit bar a été verbalisé à 3 H 00 du matin !
Ils fêtaient un anniversaire et il n'y avait que des fumeurs


Citation:
Un fumeur, surpris une cigarette à la bouche par les gendarmes dans le bar de la petite commune de Bunzac (Charente), à 20 km d'Angoulême, a écopé d'une amende de 68 euros dans la nuit de samedi à dimanche, a-t-on appris lundi auprès du gérant du café et des gendarmes.

"Les gendarmes sont intervenus vers 03H30 pour une fermeture tardive pour dire au patron qu'il devait fermer. Des clients ont commencé à s'agiter, dont l'un qui fumait et qui a été verbalisé", explique la gendarmerie, précisant qu'il s'agit du premier PV dressé dans la région Poitou-Charentes depuis l'entrée en vigueur le 1er janvier de l'interdiction de fumer dans les bars.

Michel Soulier, gérant du "Bar de Bunzac", confirme pour sa part à l'AFP que la porte n'était pas fermée à 03H00 du matin, dimanche, mais affirme qu'il ne restait plus dans son établissement que des amis pour "fêter un anniversaire".

Une version de "soirée privée" démentie par les gendarmes qui assurent que les consommations avaient été payées.

"C'est vrai qu'une personne fumait, mais à cette heure-là, on ne dérangeait personne", regrette encore le gérant qui, lui-même, n'a pas été verbalisé mais s'attend à une convocation.

"Cette nouvelle loi n'est pas forcément compliquée à appliquer, mais ça fait grogner tout le monde, parce que, tous les jours, on perd un peu de notre liberté. Quelques-uns de mes clients, qui avant restaient une heure ou deux pour discuter après le café, préfèrent maintenant aller fumer chez eux", souligne-t-il.

Le "Bar de Bunzac", souligne son gérant, est le seul commerce de ce village charentais d'environ 400 habitants. "Je fais dépôt de pain, je vends du fromage, de la viande. Il n'y a plus que moi. C'est l'endroit où les gens se retrouvent pour discuter dans un lieu convivial", souligne M. Soulier.




« ne devrait pas être interdit dans les bars »

Pour une grande majorité de clients des bars, cette interdiction n'est pas concevable. Elle est plus acceptée dans les restaurants. 90 % des personnes interrogées dans les bars pensent que ce doit être le choix du patron. Ouvrir un bar fumeur ou un bar non-fumeur. Jean-Jacques ne fume pas, mais il a toujours travaillé avec des fumeurs, la fumée ne le gêne pas. Jules, qui fumait auparavant, ne fume plus mais le tabac ne l'incommode pas. Jean-Claude pense qu'il faudrait laisser le choix aux patrons de faire un tabac fumeur ou non fumeur, il rajoute : « C'est une privation de liberté. Ancien fumeur, la fumée ne me dérange pas, mais je comprends que ça puisse en déranger certains ». Jean- Luc précise que les droits de la France sont basés sur les principes de liberté, d'égalité et de fraternité. Il est contre l'interdiction. « Dans les bars ça ne devrait pas être interdit, pour certains c'est bien pour d'autres non », rajoute Noël.

Jean-Marie qui, comme Serge Gainsbourg, se dit fumeur de havanes précise : « Je pense que je dois respecter les autres et que cette loi peut m'aider à arrêter de fumer. La liberté des autres commence là où finit la mienne. »


Qu'en pensent les professionnels?

« Ce n'est pas une bonne chose »
Jean, du Terminus : «Pour nous cette interdiction n'est pas une bonne chose».

Fabienne et Jean pensent qu'au bar, les clients devraient pouvoir fumer, au restaurant c'est différent personne ne fume et ils sont pour cette interdiction.

«Je suis chez moi et je pense que je dois pouvoir faire ce que je veux. Déjà commercialement c'est très difficile. 27 ans que l'on est ici et on a perdu beaucoup de clients au bar; avec cette interdiction on va en perdre beaucoup plus. Le chiffre d'affaires a énormément diminué et ça va continuer»


« Je ne suis pas gendarme »

Sylvain, du Galion, à Arthès, pense qu'il va y avoir une baisse de fréquentation pendant cinq ou six mois. Il souhaite pouvoir créer une terrasse chauffée pour pallier à ce problème. Il va en faire la demande à la municipalité pour avoir une deuxième salle. Sylvain est contre le système de répression, il est mitigé sur la loi. «Comment expliquer aux gens qui nous font travailler qu'ils doivent éteindre leur cigarette car ils risquent d'être verbalisés et moi aussi. Mon rôle est de vendre de la bière et des crêpes mais en aucun cas de faire le gendarme.»


« Ce n'est pas qu'une histoire d'argent »

Pasquale, patron de la Casa de la Pasta, « ne trouve pas souhaitable cette interdiction de fumer. L'État vend les cigarettes. De plus, elles sont très chères. Ce n'est simplement qu'une histoire d'argent, comme pour les radars qui sont sur la route. Quand les gens voient le panneau radar sur la route ils ralentissent, ensuite ils accélèrent.»

De nombreux clients lui on dit que s'ils ne pouvaient plus fumer au restaurant ils resteraient chez eux. Pasquale pense qu'il va perdre des clients.

Laurence, sa compagne, n'est pas favorable à cette interdiction.


Source : ladepeche.fr / lexpress.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 08 Jan 2008, 10:35    Sujet du message: Répondre en citant

Interdiction de fumer en France et ironie indienne

« Mon dieu ! Sacre bleu ! les cendriers sont retirés des cafés parisiens. » Le journal « Hindustan Times » utilise des jurons bien français pour analyser, dans un éditorial, l'interdiction de fumer dans les lieux publics en France. C'est, estime le journal indien, « la fin de la civilisation telle que les Parisiens la connaissaient. La France, le pays où les gens pendant des générations adoraient suspendre leur vie aux bouffées de cigarettes, est désormais officiellement entrée dans une zone no smoking, devenant ainsi l'un des derniers pays européens à prendre cette mesure extrême pour obliger les Français à abandonner leur habitude ». En dépit des protestations de ceux qui ont vu dans cette mesure « la fin de l'esprit de liberté, égalité, fraternité en France », poursuit le jouranl, le Parlement a tenu bon pour faire appliquer cette interdiction au 1er janvier dans les cafés, tabacs et restaurants.

Jusqu'au bout, pourtant, analyse le journal, des irréductibles « aux poumons bien gauloisés » ont tenté de résister à la « répression de l'Etat ». Pour ces personnes, ironise toujours le journal, « la nicotine représente la joie de vivre elle-même. Que serait un café parisien, après tout, sans la fumée délicieuse de la cigarette planant au dessus des conversations sur l'art, l'esthétique, la philosophie ? ».

Le quotidien voit encore une autre raison à cette résistance : le nom de nicotine vient de Jean Nicot, ambassadeur français au Portugal qui a fait de la consommation du tabac une attitude « très chic » en France. « Monsieur Nicot », poursuit le journal dans une référence historique peu souvent utilisée en France, a même fait de la reine mère, Catherine de Médicis, « une intoxiquée du tabac ». Et pourtant, comme dans le monde entier, les Français n'ont plus le choix : « Ils doivent arrêter de fumer dans tous les lieux publics », conclut le quotidien.


Source : lesechos.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 08 Jan 2008, 10:41    Sujet du message: Répondre en citant

En Espagne, la loi, moins restrictive, permet aux cafés-restaurants de faire de la résistance

En Espagne, où l'habitude de fumer, au café ou autour d'une bière, est très ancrée, un grand nombre de patrons de bars et de restaurants font de la résistance et n'ont pas encore adapté leurs établissements à la loi antitabac entrée en vigueur en janvier 2006.

Cette loi qui interdit de fumer dans les lieux publics, moins restrictive que la version française, permet aux bars et restaurants d'une surface de moins de 100 m2 de choisir entre rester fumeurs ou devenir non-fumeurs et impose aux établissements de plus de 100 m2 de séparer par une cloison espaces fumeurs et non-fumeurs.



Deux ans après son entrée en vigueur, "le bilan de la loi est positif, mais avec des nuances", estime le secrétaire général à la santé du gouvernement socialiste espagnol, José Olmos. "Sur les lieux de travail et dans les transports publics, le respect de la loi est très satisfaisant, ces lieux sont désormais quasiment tous non-fumeurs, mais c'est moins positif dans l'hôtellerie", affirme-t-il.

"La majorité des établissements de moins de 100 m2 ont choisi d'être fumeurs, c'est une petite déception, car nous attendions davantage d'espaces totalement non-fumeurs", explique M. Olmos.

Les résultats ne sont pas brillants non plus chez les grands bars et restaurants, car "60% d'entre eux n'ont pas encore adapté leur surface à la loi, craignant de voir leur fréquentation chuter en réservant un espace non-fumeurs", regrette Rodrigo Cordoba, porte-parole du Comité national pour la prévention du tabagisme (CNPT).


DÉCRETS D'APPLICATION ASSOUPLISSANT LA LOI

Selon lui, "cette peur est alimentée par l'industrie du tabac, qui a intérêt à ce que les bars et restaurants restent fumeurs car 60% du tabac vendu en Espagne est acheté dans des établissements d'hôtellerie", presque tous pourvus de distributeurs de paquets de cigarettes.

Dans cette fronde pro-tabac, les professionnels de l'hôtellerie bénéficient parfois du soutien des autorités régionales.

Les régions autonomes de Valence, Madrid, La Rioja, Castille et Leon, et l'archipel des Baléares ont approuvé des décrets d'application assouplissant la loi, en autorisant par exemple des systèmes de filtration d'air au lieu d'une cloison.

Le ministère espagnol de la santé a présenté des recours judiciaires contre ces décrets et a déjà obtenu gain de cause pour deux d'entre eux.

Mais, malgré ces retards, la loi a eu des effets positifs en Espagne, où le nombre de fumeurs "a baissé de 10,4 % en deux ans" et où "environ 25 % de la population adulte fume actuellement, contre plus de 30 % en 2000", selon M. Cordoba.

Pour l'instant, l'Espagne ne prévoit pas d'imiter la France en interdisant le tabac dans tous les bars et restaurants. Après "une phase d'observation de quelques années, nous évaluerons les résultats de la loi pour éventuellement envisager une modification", explique le secrétaire général à la santé.

"Une mesure semblable à la loi française est pourtant la seule solution viable, car, par expérience, une loi partielle n'est jamais totalement respectée", estime le porte-parole du CNPT.


Source : lemonde.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 08 Jan 2008, 10:56    Sujet du message: Répondre en citant

On fume toujours à Crimolois : Un bar-tabac fait de la résistance


L'unique bar-tabac de Crimolois fait de la résistance. Le patron continue de fumer dans l'établissement et se moque des procès-verbaux annoncés.

«O N nous supprime vraiment toutes nos libertés ! Les commerces se dévaluent et sont pris en otage. Après tout, moi, je suis un collaborateur de M. Sarkozy, puisque 70 % des taxes rentrent dans les caisses de l'État ! » Il n'est pas très content Daniel Perrey. Le décret-loi entré en vigueur le 1er janvier, relatif à l'interdiction de fumer dans les derniers lieux publics où cela était encore possible que sont les bars, les restaurants ou les discothèques, est l'objet des foudres de ce patron du bar-tabac de Crimolois. L'unique établissement du genre situé dans cette commune est en effet toujours fumeur. Daniel Perrey qui fume lui-même depuis 40 années n'a pas l'intention d'écraser ses brunes. Il le confie tout net. Malgré cela ce n'est pas le niveau des amendes encourues, qui l'effraie. « Ce que je fais n'est pas légal, j'en suis conscient. Que les amendes s'élèvent jusqu'à 750 euros, je le sais aussi très bien, mais j'entre en résistance ! » Bref, notre homme refuse de se plier à la règle. Voilà déjà cinq ans qu'il se trouve à la tête du café du Crucifix. Cela ne s'invente pas. Et pas question pour lui de baisser les armes. Tous les jours de 6 h 45 à 20 heures, derrière son comptoir, il se grille quelques paquets de cigarettes.
Une vie en fumée
Car il estime que ne plus pouvoir fumer, chez lui, est une hérésie. C'est pourquoi il vient de construire une petite tente devant sa porte, comme pour symboliser sa condition soudaine de Sans domicile fixe, à l'image de ceux du canal Saint-Martin, à Paris.
Dans son combat, il reçoit de nombreux soutiens, qui n'admettent pas l'existence de ce décret. « Ce qui est dramatique c'est qu'on tape tout le temps sur le plaisir des gens. Maintenant, celui qui vient acheter un paquet ne s'arrête plus pour boire un café. Donc on tue aussi la convivialité ! », insiste Sébastien, un client régulier.
Bien sûr afin de conserver ce degré de convivialité qui prévaut au sein des bars, Daniel Perrey pourrait créer un espace hermétique et réservé aux seuls fumeurs. Mais il ne veut pas en entendre parler. Cela nécessiterait de gros investissements. Pour autant il faut dire que cette interdiction de fumer dans les lieux publics constitue, selon lui, la goutte qui fait déborder le vase. En effet depuis trois ans, il a perdu de 30 à 40 couverts quotidiens.
Afin d'expliquer le phénomène, il évoque pêle-mêle la récente impossibilité faite aux poids lourds de stationner sur le parking devant le restaurant et les contrôles d'alcoolémie récurrents de la gendarmerie, qui se produisent à quelques encablures.
Sauf que Daniel Perrey compte faire valoir ses droits à la retraite, dans huit mois. Une manière comme une autre d'estimer que ce décret-loi n'est pas digne d'intérêt. « Une chose me fait peur, c'est la délation. Mais si on considère que je me ferai incinérer, je me dis que toute ma vie aura été de la fumée », glisse-t-il avec malice.
Christophe MORINEAU-COOKS


Source : bienpublic.com



bar-tabac de Crimolois.jpg
 Description:
Crimolois : Un bar-tabac fait de la résistance
 Taille du fichier:  23.24 Ko
 Vu:  29708 fois

bar-tabac de Crimolois.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 08 Jan 2008, 11:15    Sujet du message: Répondre en citant

Cannes : L'association non lucrative, une astuce pour enfumer la loi sur la Côte

Mieux que la cabine fumeurs ou la terrasse chauffée, il y a l'association. C'est en tout cas « la meilleure astuce légale » assure le patron du « Must », un lounge-bar cannois. A l'instar des cafés, restaurants, hôtels, casinos et discothèques, son établissement est soumis depuis le 1er janvier à l'interdiction totale de fumer. Sauf au premier étage?


Inspiré des clubs échangistes

L'idée ? Créer une association loi 1901, épargnée par la loi anti-tabac. Lui louer une partie indépendante de son établissement commercial (ici une salle au premier étage) et faire des cartes d'adhérents. C'est comme ça qu'est née la semaine dernière « La Cave à cigars Association », présidée par Xavier Cargnelutti, patron du Must. Il voulait satisfaire sa clientèle de fumeurs sans déranger les autres ni contrevenir à la loi : « Je me suis inspiré des clubs échangistes qui fonctionnent de la sorte. »


Salariés de la société et membres de l'association

Et pour ses employés, rien de plus simple. Ils sont tous fumeurs et membres de l'association. « Comme ça, ils peuvent faire leur pause cigarette là-haut et enlever quelques verres au besoin. » Mais pas question de servir dans cette salle. Un arrêt de la Cour de cassation sociale du 29 juin 2005 impose aux employeurs une obligation de sécurité concernant la protection de la santé des salariés.

« Les clients peuvent commander au bar et monter ensuite avec leur verre dans la salle fumeur. »


Un filtre à l'entrée

A l'entrée, une personne filtre pour ne laisser passer que les membres de l'association. L'adhésion coûte deux euros et la carte est valable pour une année. « Avec ce tarif, même la clientèle de passage peut accéder à la salle associative. »

Le premier soir, 50 personnes avaient pris leur carte de membre. Pour s'offrir le luxe de fumer au chaud, dans une ambiance lounge.

Les seules limites ? Disposer de locaux qui permettent de mettre à disposition de l'association une salle indépendante. Et ne pas salarier de personnel dans l'association.


Source : monaco.maprincipaute.com



Le Must cannois.jpg
 Description:
Au premier étage du lounge bar « Le Must » à Cannes, les clients peuvent accéder à la salle associative pour fumer en prenant leur carte de membres (2 euros). : Photo Patrick Clémente
 Taille du fichier:  11.42 Ko
 Vu:  29704 fois

Le Must cannois.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 08 Jan 2008, 13:42    Sujet du message: Répondre en citant

Oui à la Clope !
14 millions de consommateurs en moins !...

Juste une question.

Si les non fumeurs vont pouvoir revenir dans les bars, cafés.
Si les non fumeurs vont pouvoir consommer dans les bars, les café, restaurants.

POURQUOI, DEPUIS DES DECENNIES, N'Y A T'IL PAS EU DES MILLIERS DE CREATIONS D'ETABLISSEMENTS NON-FUMEURS ?
POURQUOI SI DES MILLIERS, DES MILLIONS DE CLIENTS EXISTAIENT VRAIMENT ! POURQUOI N'A T'ON PAS CREE DES ENDROITS POUR LES RECEVOIR ET FAIRE DU COMMERCE ?

Je vous laisse méditer sur les réponses faciles à trouver !

Quelques conseils :

le 1 er :

Restez chez vous et laissez vos patrons de bars, de cafés se farçir la clientèle non fumeur qui rentrera gentillement chez elle vers les 16 Heures ! Laissez les servir les jus de fruits et jouer à la nourisse.

Le 2 ème :

Dites au patron de votre café que vous allez venir moins souvent ! Ou dites lui que vous avez trouvé un endroit où vous pouvez fumer et ne mettez plus un pied chez lui pendant un mois !

Le 3 ème :

Le plus drôle ! Vous devez être prêts à perdre 68 euros. Entrez à 10 dans un café et allumez (tous) une clope ! Le patron deviendra fou et se prendra une prune de plus de 1000 euros !

Le 4 ème :

Lors des commandes au restaurant, sortez et entrez à tour de rôle pour fumer : Le serveur mettra 2 heures à prendre les commandes !

Le 5 ème :

Quand vous êtes dehors pour fumer devant le bar ou le resto : parlez fort pour gêner les gens qui habitent dans le quartier et balanceez vos clopes parterre.

Le 6 ème :

Allumez des clopes dans des coins ! dans les toilettes !


La résistance ne fait que commencer.
Déjà quelques adresses de bars fumeurs circulent dans plusieurs villes !


Source : blogg.org

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 09 Jan 2008, 17:44    Sujet du message: Répondre en citant

De plus en plus ridicule !


Nouvelle victoire des anti-tabac contre les vêtements Marlboro Classics en France

Champion de la lutte contre la publicité en faveur du tabac, le Comité national contre le tabagisme (CNCT) a remporté une nouvelle victoire contre la marque de vêtements Marlboro Classics devant la cour d'appel de Paris, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Dans un arrêt rendu mardi, la 13e chambre de la cour d'appel de Paris a reconnu Valentino Fashion Group (VFG), la société qui distribue en France, dans 30 boutiques et 300 points de vente, la griffe au cowboy solitaire, coupable de publicité illicite en faveur du tabac et l'a condamné à verser 50.000 euros de dommages et intérêts au CNCT, plus 10.000 euros de frais de justice.

Si la cour a confirmé la décision rendue en première instance, elle a toutefois réduit le montant des dommages et intérêts, initialement fixés à 90.000 euros, a indiqué à l'AFP l'avocat du CNCT, Me Francis Caballero. Les motivations de l'arrêt n'étaient pas consultables mercredi.

Cette victoire n'est pas la première du CNCT en la matière.

Si mardi les antitabac ont gagné contre la boutique Marlboro Classics du centre commercial d'Evry 2, dans l'Essonne, ils avaient déjà remporté une victoire similaire, en première instance, contre une boutique de Neuilly-sur-Seine, puis, fin octobre, contre les sept boutiques parisiennes, cette fois en appel.

La cour d'appel de Paris avait alors jugé qu'"en faisant figurer le vocable Marlboro sur l'enseigne des magasins et sur les vêtements eux-mêmes, la société VFG France permettait à la marque de cigarettes Marlboro - mondialement connue et la plus fumée en France - de demeurer dans l'espace public, de ne pas être oubliée des consommateurs potentiels, voire d'être mémorisée par eux, ce qui est l'une des caractéristiques de la publicité indirecte".

Pour Me Caballero, il ne fait aucun doute que c'est le cigarettier Philip Morris qui est "derrière tout cela".

Selon lui, le géant du tabac américain essaie tout simplement "de contourner les interdictions de publicité directe ou indirecte en faveur du tabac" qui ont été inscrites dans la loi française pour des raisons de santé publique, "le tabac étant à l'origine de 66.000 décès chaque année en France".

"Nous ne nous opposons pas à la vente de vêtements Marlboro Classics", tient-il à préciser, "mais à la transformation de ces vêtements en objets publicitaires", tels ces tee-shirts et ces casquettes aux sigles Marlboro très visibles.

Pour Me Caballero, "il n'est pas normal de mettre la marque en valeur à ce point. Cela donne une image sympathique et valorisante d'un produit" qui est pourtant "addictif et cancérigène", déplore-t-il.

Toutefois, la victoire des anti-tabac n'est pas définitive car la Cour de cassation, dont les décisions font jurisprudence, ne s'est pas encore penchée sur le sujet.

Mais, avant même que la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire ne se prononce, le CNCT devrait ouvrir un nouveau front. Il promet d'assigner d'ici peu en justice les grands magasins Printemps et Galeries Lafayette, qui commercialisent la marque Marlboro Classics.


Source : tv5.org


Pour tous ceux qui connaissent ces vêtements, c'est plus un gage de qualité qu'un rapport avec les cigarettes ... Le même type que Eden Park, Gentleman farmer etc.

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 09 Jan 2008, 17:56    Sujet du message: Répondre en citant

Contre la loi anti-tabac dans les bistros


Le réseau Mister Taff s’organise…

En 1996, Phil Marso écrivain indépendant publiait «Passage à tabac » (Ed Megacom-ik). Un polar humoristique sur la prévention du tabagisme : les bienfaits d'arrêter de fumer sans montrer du doigt les fumeurs. Il dénonçait aussi l'intolérance des non-fumeurs.

Aujourd'hui, l'auteur vous propose de découvrir le réseau Mister Taff qui explique les conséquences de l'application du décret anti-tabac dans les bistrots à travers une série de sondages humoristiques.

Phil Marso a arrêté de fumer en 1986, mais il lui arrive à titre convivial de s'en griller une à
l'occasion d'une soirée. Ne pas fumer dans les restos cela parait logique, mais dans les bistros c'est un lien social par excellence et peu coûteux. A ce titre, un seuil de tolérance entre les fumeurs et non fumeurs doit être respecté. Sinon, qui sera le prochain sur la liste : les buveurs d'alcool, les accros du téléphone portable, les promeneurs de caniche nain à poil ras ?

Le site Mistertaff.com propose de faire avancer le débat :

Tapage nocturne des fumeurs sur les trottoirs
1 cancer sur 2 n’est pas localisé !
Le tabagisme passif tue en majorité à domicile
Mégots : trottoir, caniveau pollution supplémentaire ?
A qui profite le décret anti-tabac : lobbypharmaceutique ?


Source : mediaslibres.com

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 09 Jan 2008, 18:02    Sujet du message: Répondre en citant

Dans les bistrots la résistance fait un tabac


Après Lyon, Trouville. Un bistrot de la petite ville normande entre en résistance contre la loi anti-tabac. Celle-ci, mise en place dès le 1er janvier, stipule qu’il est désormais interdit de fumer dans les lieux publics.

Le patron de ce bistrot de Trouville ne s’en inquiète pas plus que ça. Il a été convoqué par la police, mais rien n’y fait. Ses clients fumeront s’ils ont envie de fumer. Pour parer à toute éventualité, un groupe d’hommes est posté en permanence aux « 4 coins de la rue », a t-il précisé à Paris Match.

Et nous qui croyions candidement les déclarations de Roselyne Bachelot qui paraît-il se félicite de cette loi si bien respectée.

Dès que la police apparaît ces vigiles le signalent au bistrot et les clients s’arrêtent de fumer comme par enchantement !

« Qu’ils me collent des amendes, on les mettra dans notre dépôt de bilan » a encore déclaré le patron du bistrot à Paris Match. J’invite tout le monde à nous soutenir. Beaucoup de gens m’appellent pour me féliciter ».

Le patron du bistrot suggère que la France suive l’exemple Espagnol où il existe des bars fumeurs et d’autres non-fumeurs.


Source : agoravox.fr


Citation:
68 bd Hautpoul
14360 TROUVILLE SUR MER
02 31 88 84 61



Goëlette à Trouville.jpg
 Description:
La Goëlette à Trouville résiste !
 Taille du fichier:  12.88 Ko
 Vu:  29688 fois

Goëlette à Trouville.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 16 Jan 2008, 18:04    Sujet du message: Répondre en citant

Allemagne - L’Étoile jaune de la discorde : Polémique sur des tee-shirts


Une entreprise allemande a osé vendre sur Internet des tee-shirts pro-tabac estampillés d’une étoile jaune et de la mention « Raucher » (fumeur). Une initiative qui n’a pas plu à tout le monde.

« Fade, idiot et insipide. » Tels ont été les commentaires de Dieter Graumann, vice-président du Conseil central des juifs allemands, qui s’est dit scandalisé par l’initiative. Elle a en effet de quoi étonner : si en France quelques actions contre la loi anti-tabac ont fait parler d’elles, aucune n’a osé aller aussi loin dans le mauvais goût que l’entreprise DMP. L’étoile jaune, douloureux symbole de l’Holocauste, a ainsi été apposée avec la mention « fumeur » sur un T-shirt noir, vendu sur le site Ebay.

« Stupide et malintentionné »

« C’est pour protester contre la mise au ban des fumeurs, traités comme des citoyens de seconde zone », s’est défendu le boss de l’entreprise allemande, qui dans un premier temps a déclaré avoir reçu plus d’un millier de commandes en décembre. Pour ensuite avouer qu’il n’avait en réalité conclu aucune vente. Pour le vice-président du Conseil central des juifs allemands, celui qui conçoit ou vend un tel T-shirt « est soit malintentionné soit stupide, probablement les deux ». Quiconque compare le sort des juifs sous le IIIe Reich aux fumeurs « n’a vraiment rien compris », a-t-il ajouté. Le Conseil central n’envisage cependant pas de poursuites judiciaires pour le moment, mais un porte-parole du parquet compétent à Itzehoe (Allemagne) a confirmé qu’une enquête avait été ouverte, sans plus de détail. Entre-temps, le responsable de l’entreprise s’est piteusement excusé en public… avant de retirer il y a quelques jours le T-shirt de la vente.


Source : francesoir.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur


DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 16 Jan 2008, 18:06    Sujet du message: Répondre en citant

Attention au gaz inodore qui peut tuer !

L'an passé, deux personnes sont mortes au Tremblay, intoxiquées au monoxyde de carbone. La préfecture insiste sur les précautions à prendre.
Mardi 23 octobre 2007. Les corps sans vie de deux personnes âgées sont découverts sans vie au Tremblay, dans le Segréen. L'enquête des gendarmes confirmera la piste de l'intoxication au monoxyde de carbone. Le décès du couple d'octogénaires aurait été provoqué par des émanations de gaz venues d'un brûleur en combustion. Le couple aurait refermé, la vieille au soir, le capot de la gazinière en oubliant d'éteindre ce brûleur.

Tous les ans, 6 000 personnes sont intoxiquées en France au monoxyde de carbone, et 300 en meurent. « Dans le département, précise Magali Debatte, directrice de cabinet du préfet, on relève 35 intoxications en 2007, pour deux décès. » Le monoxyde de carbone est un gaz invisible et inodore, qui agit comme un asphyxiant très toxique. Il résulte la plupart du temps d'un mauvais entretien d'un appareil à combustion (chaudière, chauffe-eau, radians, chauffages d'appoint, etc.). Les symptômes : nausées, vomissements, fatigue, vertige, perte de connaissance, et parfois, décès.


Il faut ventiler !

Dans la majorité des cas, les accidents sont dus à l'utilisation d'un appareil défectueux de chauffage ou de production d'eau chaude, quel que soit le combustible utilisé (gaz, fuel ou bois), dans un local mal ventilé. « Les conséquences peuvent laisser des séquelles neuro-psychiatriques ou cardiaques, et aussi sur les foetus des femmes enceintes », explique le Dr Harry, du centre anti-poison d'Angers, compétent pour ce type d'intoxication. Lequel rappelle qu'il faut parfois utiliser le caisson hyperbare du Chu pour traiter cliniquement les patients...

Et pourtant, ce genre d'accidents peut être facilement évité. La règle d'or, dans une habitation, c'est la ventilation. « Il faut ventiler et vérifier ses installations. Par exemple, il est dangereux de voir un insert dans la même pièce qu'une chaudière, ou une chaudière aux côtés d'une hotte aspirante », expliquent les professionnels de la Capeb. Tout comme un chauffage d'appoint au pétrole dans une pièce fermée sans ventilation... « A éviter. » L'utilisation de matériel à moteur thermique à l'intérieur d'une maison aussi peut être dangereux. « Récemment dans le Choletais, un homme a utilisé une scie à eau dans une pièce mal ventilée : il a tenu un quart d'heure et a dû être hospitalisé ! »

Et les professionnels ? Ont-ils un rôle à jouer ? C'est sûr. La Capeb (Chambre artisanale des petites entreprises du bâtiment) propose, dans le Maine-et-Loire, une formation en direction des chauffagistes et d'autres corps de métiers (poseurs de fenêtres, cuisinistes, installateurs de VMC...) pour leur permettre de bien conseiller leurs clients. Autre problématique qui risque de multiplier : celle des terrasses de cafés qui fleurissent avec la loi anti-tabac. « Les cafetiers vont devoir veiller au respect de la réglementation, car une terrasse semi-fermée à l'intérieur de laquelle on place un brasero peut créer une poche de gaz à l'origine d'émanations de CO2 », insiste Magali Debatte.


Arnaud WAJDZIK.

• En cas de suspicion d'intoxication au C02 : appeler le 02 41 48 21 21.

Source : Ouest-France

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 16 Jan 2008, 18:08    Sujet du message: Répondre en citant

Un patron de bar en grève de la faim contre la loi anti-tabac ("L'Escale" à Plessé, dans la région de Chateaubriand, en Loire-Atlantique)

LE DRESNY (Reuters) - Le patron d'un bar-tabac du Dresny, un hameau de 800 habitants situé dans le nord de la Loire-Atlantique, a entamé lundi une grève de la faim pour protester contre la nouvelle loi interdisant de fumer dans les lieux dits de convivialité.

Joël Lailler, 50 ans, a reçu samedi la visite des gendarmes, après avoir déclaré le même jour dans le quotidien régional Ouest-France qu'il n'appliquerait pas la nouvelle réglementation au nom de la "défense des commerces de proximité". Il a écopé d'une amende de 135 euros, et l'un de ses clients fumeurs d'une autre de 68 euros.


"Avec cette loi, je vais perdre 30 à 40% de mon chiffre d'affaires et la boulangerie et la supérette voisines vont mourir immédiatement", a déclaré le patron de "L'Escale de la Fontaine", qui a dit remplir "une mission de service public".

Joël Lailler, lui-même ancien gros fumeur (il a arrêté en décembre 2004), réclame aujourd'hui "une dérogation de la part de Nicolas Sarkozy pour les bars ruraux".

Il espère également "un soutien massif de autres bars-tabacs, partout en France".

Un comité de soutien s'est créé à ce sujet lundi, dans la commune voisine de Nozay.

Outre sa grève de la faim, le patron du bar-tabac compte passer la nuit de lundi à mardi dans sa 2CV pour faire, a-t-il dit, un "clin d'oeil au monde rural".


Source : lemonde.fr



Envoyer lui vos mots d'encouragements à :
JOEL LAILLER (Bar Tabac)
6, Place de l'Eglise
44630 Dresny



Joël Lailler.jpg
 Description:
« Je collectionne les Deux-chevaux. Jusqu'ici, on me surnommait Jojo les Deux-chevaux. Depuis le 1er janvier, on me surnomme Joël le rebelle. Mais, je ne suis pas un révolutionnaire. Je défends juste mes convictions : maintenir le commerce de proximité da
 Taille du fichier:  17.1 Ko
 Vu:  29660 fois

Joël Lailler.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 16 Jan 2008, 18:17    Sujet du message: Répondre en citant

Albi: la propriétaire d'un bar lance une pétition anti-interdiction du tabac

La propriétaire d'un hôtel-bar-restaurant d'Albi (Tarn) a lancé une pétition pour protester contre la loi interdisant de fumer dans les cafés et les restaurants et l'a diffusée à d'autres établissements, a-t-on appris vendredi auprès de l'intéressée.

Dans cette pétition, Valérie Bonsirven, la propriétaire du "Cardiff", réclame "la liberté pour chaque chef d'entreprise" d'adopter ou non cette loi "en faisant le choix d'être un établissement fumeur ou non fumeur comme en Espagne".


"Mon initiative prend de l'ampleur", a déclaré cette femme, qui a déjà reçu plusieurs dizaines de demandes d'autres établissements de ce type pour pouvoir utiliser la pétition.

Selon elle, la situation engendrée par la loi "est énorme pour les petites structures commerciales" en ajoutant qu'à titre personnel, les investissements engagés pour l'achat de son établissement situé dans le centre d'Albi risquent rapidement "de partir en fumée".

D'ici fin janvier, Mme Bonsirven se propose d'envoyer l'ensemble des pétitions recueillies à son syndicat et au président de la République.


Source : lemonde.fr



Trémery (57) : un paradis pour fumeurs

Le bar-tabac de la petite commune mosellane entre en résistance face à la loi anti-tabac
Tonio, le patron du bar-tabac de Trémery, le revendique son indépendance sur sa vitrine, couverte de slogans hostiles à la loi anti-tabac et à l'interdiction de fumer dans les lieux publics.


Un lieu convivial

Son entrée en "résistance", dictée d'abord par des impératifs économiques - 80 % de ses clients sont fumeurs -, obéit également à de simples considérations humaines : le cafetier se voit mal interdire à ses fidèles clients, dont certains fréquentent l'établissement depuis 50 ans, le droit d'en "griller une".
Même les non-fumeurs soutiennent cette initiative, au nom de la convivialité qui règne dans les lieux et de la tolérance mutuelle entre fumeurs et non fumeurs.
Une adaptation de la loi pour les bars-tabacs, c'est ce qu'avait promis le candidat Sarkozy, auquel Tonio vient d'adresser une pétition.
La décision d'un éventuel assouplissement appartient maintenant aux instances politiques, qui décideront de légiférer ou non pour répondre au problème qui se pose désormais dans tout l'hexagone.


Source : lorraine-champagne-ardenne.france3.fr



Bar résistant à Trémery.jpg
 Description:
Trémery (57) : un paradis pour fumeurs !
 Taille du fichier:  42.38 Ko
 Vu:  29615 fois

Bar résistant à Trémery.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 17 Jan 2008, 14:04    Sujet du message: Répondre en citant

Un verre, une clope et pas de note !


Dans certaines discothèques et bars, les clients profitent d'une pose cigarette dehors pour s'éclipser sans payer ou pire avec une bouteille de champagne. C'est l'une des conséquences inattendues de la loi anti-tabac.


Et c'est ce que craignent les patrons des bars et restaurants, cette pratique appelée « resto-baskets » ils redoutent que des clients profitent d'une pause cigarette entre deux plats ou avant le café pour filer sans payer.

La vigilance est de mise. A l'Opus Café, à Paris, le responsable dit avoir donné aux portiers des consignes pour surveiller que les fumeurs retournent bien à l'intérieur une fois leur cigarette terminée. Le patron de la brasserie la Calèche précise qu'il surveille du coin de l'oeil les clients de passage, pas les habitués. A l'inverse, certains clients insistent pour payer l'addition avant de sortir fumer, selon un patron à Marseille. C'est le cas de Laurent, 27 ans : « Je me sens obligé de régler ce que j'ai déjà bu pour aller fumer sans inquiéter le tenancier. » Problème : « Une fois rhabillés et la note réglée, on n'a souvent plus très envie de rentrer dans le bar. » Et c'est ainsi que le petit commerce peut trinquer aussi à cause de clients honnêtes.


Source : 1001cocktails.com



Mais où se cachent les fumeurs marseillais ?


Ils n'ont pas dit non à la cigarette et, coûte que coûte, s'adaptent à l'interdiction de fumer dans les lieux publics

Au "Caribou", place Thiars, on fume dehors, avec fauteuils et chauffage d'appoint.

Plus d'autres clients à l'étage, une fenêtre grande ouverte: la tentation est forte… "OK, mais faites vite…", souffle le patron, en repêchant un antique cendrier derrière le comptoir. Alors, tout tremblant à l'idée de s'administrer sa dose de nicotine, et savourant le goût piquant de l'interdit, le fumeur clandestin dégaine sa Marlboro…

En toute illégalité, ce petit bistrot du Vieux-Port est l'un des derniers refuges des récalcitrants. Car même à Marseille, la loi antitabac est respectée. Les fumeurs, déjà bannis de l'entreprise, "se sont disciplinés d'eux-mêmes devant les comptoirs, y compris dans les petits bars de quartier", s'étonne le syndicat des cafetiers et restaurateurs (CHR13). A l'heure du déjeuner ou de l'apéro, fuyant la pression sociale, ils commencent leur exil: où se cachent donc les fumeurs pour mourir ?

Sur le trottoir

"Mégot fini, fumeur parti", pourrait ajouter la mairie à sa campagne propreté. Face à l'amoncellement des mégots sur les trottoirs, la Ville projette d'équiper ses poubelles de grilles éteignoirs, et "sensibilise" les gérants d'établissement à l'art difficile du balayage.

Aux quatre-vents

C'est-à-dire en terrasse, nouveau repaire des nicotinomanes. Bars et restos s'équipent à tour de bras pour prévenir les broncho-pneumonies. Et assurer leur recette, même les jours de mistral. La société Progetti, spécialisée dans le chauffage d'appoint, a triplé ses commandes. Elle est en rupture de stock.

Au cachot

Le "Taxi-Brousse", dans le quartier de la gare, est l'un des rares établissements qui ont osé la "cabine à fumeurs". Totalement dans les normes, ce "cachot" de 10m², est équipé d'un extracteur de fumée aussi puissant qu'une soufflerie de Boeing. "Certains soirs, il y a plus de monde à l'intérieur que dans le reste de la salle !", assure pourtant la patronne.

En association

"La loi est floue en ce qui nous concerne", avancent les responsables de la scène alternative L'Embobineuse, à la Belle-de-Mai. Idem au bar l'Art Hâché, à la Plaine, qui a "conservé un petit espace fumeur sous les extincteurs". C'est un établissement cannois qui a montré la voie, en créant une association loi 1901 : moyennant une cotisation de 2€ par an, les clients vont s'en griller une à l'étage. Mais pour le ministère de la Santé, la loi n'a rien de fumeux : "Aucune dérogation pour les lieux accueillant du public".

Avec un cigare

Dîner dans les volutes bleues : oui, c'est encore possible ! A condition de troquer sa Camel contre un Davidoff, pour participer aux soirées très privées du Club méditerranéen des amateurs de cigares (CMAC). Le cercle des fumeurs disparus y dîne rideaux tirés, entre adultes consentants.


Source : laprovence.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 22 Jan 2008, 14:11    Sujet du message: Répondre en citant

Lamballe : la loi anti-tabac a fait fuir des clients, le bar s'adapte

Pour tenter de compenser une perte de sa clientèle depuis le 1er janvier, un bar-tabac-presse de Lamballe cherche des solutions. A côté des journaux, des cigarettes, des jeux à gratter et des pompes à bière, Josette, la patronne du Tabarin, propose depuis quelques jours la vente de crêpes et une connection à internet à 2,50 € l'heure. "Cette diversification, c'est pour m'en sortir", dit-elle. Voilà ce qui arrive quand on ne défend pas les fumeurs ...


Source : ouest-france.fr


Témoignages multiples :

Écraser ? Ce n'est pas le genre de la maison. Au bar tabac L'Escale, à Plessé en Loire-Atlantique, le patron fait la grève de la faim. Les gendarmes l'ont verbalisé pour avoir laissé fumer un client. Depuis lundi, Joël Lailler a tiré le rideau. Il s'est installé dans une 2 CV garée à l'arrière de son bistrot. Il vient de lancer une pétition pour que les bars ruraux puissent être exemptés de la loi anti-tabac.

À Albi, dans le Tarn, c'est la patronne d'un autre établissement, le Cardiff, qui lance à son tour une pétition. Valérie Bonsirven dirige un petit hôtel-café-restaurant où elle reçoit des ouvriers et des employés. « Le mois de janvier est toujours très dur parce que les gens ont des factures à payer. Mais là, c'est catastrophique ! Le soir, lorsqu'ils reviennent du boulot, mes pensionnaires montent directement dans leur chambre sans passer par le bar. Avant, ils prenaient l'apéro en fumant une cigarette ».

La patronne du Cardiff affirme avoir recueilli 161 signatures. Des collègues d'autres cafés lui envoient aussi des pétitions. Mais Valérie Bonsirven a aussi reçu la visite de la police. « Belle publicité ! Le résultat, c'est que les gens ont fui mon restaurant ! J'envisage de vendre ». Les policiers albigeois sont repartis bredouilles du Cardiff car Valérie Bonsirven ne mégote pas avec la loi : « J'y suis opposée, mais je la respecte ». En revanche, la police a verbalisé un autre patron de café (lire en encadré) qui laissait ses clients fumer. La croisade des cafetiers albigeois va-t-elle faire long feu ?

À Lyon, un autre cafetier fait de la résistance. Mais dans l'ensemble, la loi anti-tabac est appliquée. À Paris, Toulouse, Marseille, les patrons de bars mettent des cendriers à la disposition des fumeurs sur le trottoir. Des terrasses sont chauffées au grand dam des écologistes qui dénoncent ce gaspillage d'énergie.

Au Ritz, place Vendôme à Paris, l'acteur américain Sean Penn écrase son mégot avant d'entrer : « Nos clients peuvent fumer dans les jardins, ou dans leur chambre », dit-on. Au Crowne Plaza de Toulouse, les deux derniers étages sont réservés aux fumeurs ; avec le patio, au rez-de-chaussée, pour les visiteurs. Le nouveau Casino de la Ville rose met les fumeurs en cage. L'entreprise de Neuville-le-Poitou qui fabrique ces cabines pour fumeurs fait un tabac !

Reste que les accros à la nicotine ont du mal à s'y faire. « Hier soir, je suis allé dans un petit restaurant que je connais à Toulouse. Après 22 heures, le patron a tiré le rideau. On a tous allumé une clope », raconte Antoine, quinquagénaire.

Dans le Gers, à Mauvezin, les habitudes ne changent pas facilement. « Avant, les non fumeurs allaient en terrasse, raconte ce gérant de bar. Maintenant, les fumeurs s'y retrouvent. Le résultat, c'est que je suis tout seul en salle. Et dehors, ils se disputent ! Les non fumeurs pestent contre les nuages de poussières sous la halle ! ».

Les jeunes qui discutent devant les cafés, tard le soir, indisposent les riverains. On signale des plaintes contre le bruit à Albi, Gaillac. Des clients, aussi, qui repartent sans payer. L'été risque d'être chaud aux abords des terrasses de cafés.

Mais à l'heure actuelle, ce sont surtout des pertes de chiffres d'affaires que dénoncent des cafetiers. « Du 20 à 30 % dans les petits établissements », fulmine René Le Pape, le président de la Confédération des débitants de tabac : « Nous allons demander des compensations à l'État ! ».

Au « Couleur Café » de Calmont, en Haute-Garonne, Frédérique, la gérante, se désole : « Avant, à 10 heures du matin, j'avais servi 40 cafés. Là, à la même heure, j'en ai fait 4 ». Au « New Bar » de Castres dans le Tarn, c'est l'ambiance morose que dénonce le patron Gérard Rachat : « A 13 heures, les fonctionnaires venaient boire un café en fumant une cigarette. Ils ne viennent plus ».

Hervé Dijols, vice-président du Synhorca, le syndicat national des hôteliers, cafetiers, restaurateurs, tempère : « Dans les pays européens où cette loi a été appliquée, le chiffre d'affaires a connu une baisse, au début, puis il s'est stabilisé. Les clients sont revenus ».

Originaire de l'Aveyron, propriétaire d'une brasserie place du Trocadéro à Paris, Hervé Dijols reconnaît toutefois que la loi a du mal à passer dans les bars ruraux qui ne peuvent espérer un renouvellement de clientèle : « Mais on ne peut pas créer de distorsion de concurrence en demandant une dérogation ».

Bernard Quartier, le président des cafés de l'Umih, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie, souhaite une campagne de promotion pour faire revenir la clientèle dans les salles : « Dans notre société, les bistrots sont les seuls endroits de mixité sociale. Ils sont indispensables ». Le président de la République Nicolas Sarkozy va recevoir les débitants de tabac des zones rurales, mais il a rappelé que sa priorité est « la santé publique ».

Le tabac tue 60 000 personnes chaque année en France. Les victimes ? Des fumeurs, mais aussi des non-fumeurs victimes de tabagisme passif. Dans les discothèques, on respire ; mais les odeurs de transpiration ne sont plus masquées par la fumée…

Paul, 23 ans, non-fumeur, a apprécié d'aller prendre un verre dans l'un des cafés de la place Saint-Pierre à Toulouse, haut lieu de la fête estudiantine : « Quel plaisir d'entrer dans un bistrot qui n'est pas enfumé ! ». Kevin, 21 ans, étudiant, fumeur, de retour de discothèque : « Du mieux pour tout le monde ».

Le divorce du café et de la cigarette.

Loi anti-tabac, grosse colère : Martine Dussaule, la présidente de la chambre syndicale des débitants de tabac de l'Oise, ne prend pas de gants, indiquant que cela se passait mal. « Les gens consomment moins qu'avant, ils ne prennent plus qu'un seul café. Les bars-tabac ont aussi perdu beaucoup de leur convivialité. Quant aux fumeurs, on les traite, au choix, comme des voyous ou des pestiférés. » Deux semaines après l'entrée en vigueur de la loi, l'Oise en a semble-t-il accepté

Bon gré, mal gré, les conséquences, mais la protestation domine et l'ombre des plaintes pour tapage se profile également.

Baisse de fréquentation (et donc du chiffre d'affaires) à 30%. "Peut-être qu'on sera obligé de fermer", conclut Patrick Couvert.


Source : ladepeche.fr



La loi anti-tabac a cassé le rêve du patron de bar nantais

Pascal Piriou, patron du Braz'Bar, a envoyé lundi une lettre au ministre de la Santé pour lui exprimer sa détresse un mois après la mise en vigueur de la loi anti-tabac.
Le constat est sans appel. Un mois après l'application de la loi anti-tabac dans les lieux publics, le Braz'Bar a perdu 30 % de son chiffre d'affaire. La fréquentation du bar est en baisse. Pascal Piriou voit son commerce perdre peu à peu du terrain. Face à cette situation, il a envoyé une lettre à Mme Bachelot pour exprimer sa détresse.

Une entrave à la liberté

Le Braz'Bar, petit bar brasserie du bas Chantenay, accueille principalement des habitants du quartier. « Une population qui a peu de moyens et dont le premier plaisir est de partager un verre autour d'une cigarette dans un lieu convivial », explique Pascal Piriou. Un moment d'échange apprécié de toute la clientèle mais qui tend à disparaître.

Le Braz'Bar est déserté par les fumeurs qui représentent pas moins de 90 % de la clientèle. « Depuis début janvier, je reste souvent des heures sans voir un client ». Il y a ceux qui viennent mais restent moins longtemps. Et ceux qui restent désormais chez eux, avec leurs amis. « Même si le bar leur manque un peu, ils préfèrent être libres de leurs choix et je les comprends. ». Pascal Piriou déplore dans cette loi le manque de respect aux valeurs de la démocratie française. « On ne nous laisse même plus la liberté de choisir », résume-t-il. Une injustice à réparer au plus vite, ou sinon il en coûtera de son avenir.

Un avenir incertain

Pascal Piriou le déclare haut et fort : il ne passera pas l'année avec un chiffre d'affaire aussi faible. Les problèmes d'argent vont l'obliger à fermer le Braz'Bar. Une issue qu'il ne souhaite pour rien au monde.

Ce bar, Pascal Piriou en rêve depuis qu'il a 18 ans. Après avoir enchaîné les petits boulots, il a décidé de créer à 38 ans son propre commerce.

Le Braz'Bar a ouvert ses portes le 24 mai 2006. Pendant deux ans, M. Piriou s'est totalement consacré à son bar pour qu'il devienne un fond de commerce rentable. Jusqu'à cette année, il louait avec son salaire une maison à Nozay. Mais maintenant avec l'application de la loi, c'est une toute nouvelle vie. Le 2e étage de son bar lui sert de toit.

« La loi anti-tabac a cassé mon rêve », affirme Pascal Piriou. Le gérant de Braz'Bar se contente maintenant d'attendre et d'espérer que les choses changent...


Source : nantes.maville.com



Cannes - Loi anti-tabac : pas de récalcitrants, mais bars et restos font grise mine


Entrée en vigueur il y a un peu plus d'un mois, la loi a chassé les fumeurs des établissements. Pas toujours sans dommage pour les professionnels
Les patrons de bars-tabacs et restaurants n'ont guère bataillé pour faire respecter la loi anti-tabac en vigueur depuis un mois dans leurs établissements. Les fumeurs ont obtempéré, bon gré mal gré, sans résistance. Les patrons n'ont eu que quelques rappels à adresser à des clients qui, par habitude plus que par mauvaise volonté, avaient allumé leurs cigarettes dans les locaux.

" ça casse les conversations "

Là où sur un coin de comptoir, les habitués consommaient café, apéro et cigarette, on ne trouve plus de cendriers, plus de mégots par terre, et plus d'odeur de tabac froid. Mais au « Natale », un bar restaurant, tabac, PMU du boulevard Carnot, le patron a tout de même perdu des clients : « Avec un groupe de trois personnes, en général, on servait deux ou trois tournées. Maintenant, quand il y en a un qui sort fumer dehors, ça casse les conversations et dans les cinq minutes, les autres sont partis. Pour moi, au bar, c'est 30 à 40 % de chiffre d'affaire en moins », se désole Jacques Pasquet, gérant du Natale.

« On a perdu quelques clients, principalement le matin, mais ils reviennent petit à petit. Ils savent que c'est comme ça maintenant et ils n'ont pas le choix. Et puis l'air est plus sain. Aujourd'hui, on sent la bonne odeur du rôti pour ce midi » relativise Mme Romani, gérante du Bar des Négociants près de la gare SNCF.

Surveiller ceux qui partent... sans payer

Dans les pubs anglais comme l' « English pub station » de la rue Jean-Jaurès, les clients ont un peu boudé avant de se résigner. Les Français et les Anglais se sont même montrés très disciplinés, au grand étonnement du gérant, Leslie Azoulay : « On a pourtant 80 % de fumeurs chez nous. Si on a dû intervenir dix fois, c'est un maximum. Et encore c'était des gens qui faisaient ça machinalement. » Par contre, il lui faut désormais ouvrir l'?il. Car les fumeurs vont et viennent sur la terrasse et la tentation est grande de partir sans payer après avoir écrasé son mégot.


Source : cannes.maville.com



La loi anti-tabac tue à petit feu les bars ruraux


L'interdiction de fumer nuit aux petits commerces en zone rurale ! Avec des baisses du chiffre d'affaires allant de 10 à 20 %, les cafetiers ont du mal à sortir la tête de l'eau.
Dans notre édition d'hier, Joël Giraudeau, de la Fédération hôtelière - UMIH 85 mettait en avant « la crise provoquée dans les cafés par l'interdiction de fumer ». La Fédération de l'hôtellerie note une perte du chiffre d'affaires de l'ordre de 20 %, notamment dans les petits établissements en zone rurale. Mais qu'en est-il réellement dans les bars des communes environnants La Roche-sur-Yon ?

Les chiffres partent en fumée

« J'en souffre comme tout le monde mais peut-être moins que certains confrères. En plus, le mois de février est plutôt mal parti » estime Patrick Hacault, gérant du bar des sports d'Aubigny. Le ton est donné, le chiffre d'affaires est en baisse pour la plupart des bars se situant en zone rurale.

Angel Neau, gérante du café des sports de Nesmy fait le même constat, « Pour le moment, il n'y a qu'un mois de passé depuis la loi, mais je note une baisse de 10 à 20 % sur mon chiffre d'affaires, puis elle ajoute, j'essaie de faire face à cette loi avec la fabrication d'une terrasse qui n'était pas prévue et en développant le snack mais ça ne me permettra pas de rattraper le retard causé par la cigarette ».

Le comportement des consommateurs évolue

« Les fumeurs restent moins longtemps et du coup ils consomment moins » reprend Angel Neau. Pour la plupart, ils côtoient toujours les bars mais ce sont leurs modes de consommation qui évoluent.

« Au lieu de prendre trois consommations comme auparavant, les fumeurs n'en prennent plus qu'une », note Franck Beaulieux, commerçant du bar tabac de Chaillé-sous-les-Ormeaux, avant d'ajouter : « ceux qui achetaient leurs clopes le matin en profitaient pour prendre un café avec leur cigarette mais maintenant, ils achètent un paquet et ils repartent ».

Certains clients ont disparu « ils ne comprennent pas qu'on ne puisse plus fumer au bar comme auparavant. C'est l'ambiance du bar qui a changé. Dès le premier jour, voir mon bar sans cendriers c'était un peu bizarre » confie Franck Beaulieux.


Source : larochesuryon.maville.com



café des sports de Nesmy.jpg
 Description:
Angel Neau, gérante du café des sports de Nesmy, constate une baisse des consommations dans son établissement.
 Taille du fichier:  17.1 Ko
 Vu:  29538 fois

café des sports de Nesmy.jpg



braz-bar.jpg
 Description:
Pascal Piriou, entouré de quelques clients, partagent désormais la pause cigarette sur le bord du trottoir.
 Taille du fichier:  21.29 Ko
 Vu:  29540 fois

braz-bar.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 22 Jan 2008, 15:12    Sujet du message: Répondre en citant

www.oufumer.com


Bonsoir,

Oufumer.com a été créé après la loi interdisant de fumer dans les établissements publics. Il vous propose de trouver un bar, un restaurant, un hôtel, une discothèque qui disposent d’un endroit pour les fumeurs. Terrasse d’été, terrasse couverte et chauffée, fumoir, sas intérieur et cabine extérieure sont les derniers lieux de liberté pour les amateurs de tabac.

Ce site a vocation à devenir toujours plus complet afin de mieux vous renseigner. Mais que ferions-nous sans votre aide ?
Chacun d’entre vous doit aider en envoyant les références des bars, restaurants, hôtels et discothèques qu'il connaît et qui hébergent les derniers espaces où la cigarette est tolérée.

Vous pouvez nous aider en diffusant au maximum notre adresse http://www.oufumer.com / http://lieuxfumeur.free.fr/

Merci par avance.

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 12 Fév 2008, 09:59    Sujet du message: Répondre en citant

Commando anti-clop au 203

Jeudi soir vers 23h45, huit policiers ont débarqué au Café 203, armés d’un flash ball. Devant la clientèle interloquée par un tel déploiement de forces, ils ont interpellé quelques mégots et deux fumeurs. Bilan : deux PV. Depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance anti-fumée le café 203 est entré en résistance. Il propose à ses clients de continuer de fumer dans l’enceinte de l’établissement pour participer à une expérience artistique. Leurs mégots servant à confectionner des tableaux et des cendriers pièces uniques qui illustrent la tabagie. Il y a quinze jours, une première descente de police avait permis de verbaliser un client et le patron du bar Christophe Cédat. Celui-ci parle de harcèlement du monde de la nuit sous ce prétexte ou sous un autre. Il dénonce également des pressions faites sur son entourage direct pour tenter de le faire céder. Il maintient son intention de continuer l’action de résistance « pour la défense de la liberté ».

Source : cafe203.com



Le buraliste en grève de la faim reçu cet après-midi à l'Elysée

Joël Lailler est ce patron du café-tabac qui a entamé une grève de la faim pour protester contre la loi anti-tabac entrée en vigueur au mois de janvier 2008.
Et Joël Laillier n'est pas homme à se laisser abattre. Où à baisser les bras.
Son combat pour la liberté de fumer, il entend bien le mener à terme. Jusqu'à ce qu'il obtienne satisfaction. Même s'il met en péril sa santé.
Le patron du café-tabac du Dresny à Plessé (Loire-Atlantique) entame aujourd'hui son vingt-cinquième jour de grève de la faim.
En ce moment il a abandonné sa 2 CV dans laquelle il poursuit sa grève de la faim pour prendre le TGV à Nantes. Direction Paris, et l'Elysée.
Pour ce voyage au palais présidentiel, Joël Laillier est accompagné par trois buralistes de la région.
Joël Liallier ne sait pas encore qui va le recevoir, cet après-midi à 16h 30.
Mais il n'a pas l'intention de se contenter d'un vague chef de cabinet.
Le buraliste de Loire-Atlantique veut être reçu par le chef de l'Etat en personne.
Et ce conformément à la promesse faite par ce dernier de recevoir une délégation de buralistes.
Joël Laillier veut aborder avec Nicolas Sarkozy le problème réel et crucial des bars-tabacs en milieu rural. Certains sont sur le point de baisser le rideau. Une situation insoutenable pour cette profession qui répète à satiété que les bars-tabacs en milieu rural sont souvent le dernier lien social existant.
Joël Lallier est catégorique. Si après cette entrevue élyséenne, il obtient quelques résultats, il cessera sa grève de la faim. Sinon...

Source : Presse Océan



Enfin : Les négociations continuent sur un aménagement du décret anti-tabac

(Paris - Relax news/Santé-Médecine.net) - Suite à la rencontre du jeudi 7 février, à l'Elysée, entre une douzaine de représentants des buralistes et le Président de la République Nicolas Sarkozy, un groupe de travail devait à nouveau se réunir ce lundi. D'après René le Pape, président de la Confédération des Buralistes, ces négociations "devraient déboucher dans deux mois sur des aménagements" du décret interdisant de fumer dans les lieux publics de convivialité, entré en vigueur le 2 janvier dernier.

Ces négociations font suite à des demandes répétées, de la part des buralistes, qui déclarent souffrir d'une baisse de leur chiffre d'affaires depuis la mise en place du décret. D'après la Confédération des Buralistes, "les bars-tabac enregistrent une baisse d'activité de - 20% sur les consommations au comptoir ", et "les ventes de tabac subissent une baisse de -12% en volume".

Dans une récente lettre ouverte adressée au Président mardi 29 janvier, l''Union des métiers de l'hôtellerie (Umih) demandait un aménagement du décret, portant sur les petits établissements "tenus par un couple de propriétaires sans aucun salarié", souhaitant qu'ils puissent choisir si leur établissement est fumeur ou non fumeur, à condition de le "signaler à l'extérieur de leur établissement".


Source : sante-medecine.commentcamarche.net



Lobbies quand vous nous tenez ... Loi anti-tabac : 16 procès verbaux depuis le 1er janvier


Depuis le 1er janvier, 16 procès verbaux ont été dressés à Marseille, à l’encontre de fumeurs ou de gérants d’établissement (68€ et 135€), lors de 250 contrôles initiés par la Direction départementale de la sécurité publique. L’Inspection du travail n’a, pour l’heure, pas été saisie de plainte d’employés soumis au tabagisme passif.

Mais l’association pour le Droit des non-fumeurs (DNF) pourrait relancer le débat. "La semaine prochaine à Paris et d’ici 15 jours à Marseille, nous allons tester les terrasses où les gens fument", prévient Gérard Audureau, président de DNF. L’association y mesurera les taux de dioxyde de carbone et les particules fines. (du grand n'importe quoi encore, ...).


Source : laprovence.fr



christophe-cedat.jpg
 Description:
Christophe Cédat : Rebelle mais consensuel, COURAGE !
 Taille du fichier:  51.49 Ko
 Vu:  29525 fois

christophe-cedat.jpg



Joël Lailler.jpg
 Description:
Bien joué Joël !
 Taille du fichier:  12.96 Ko
 Vu:  29537 fois

Joël Lailler.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 15 Fév 2008, 17:25    Sujet du message: Tarik, en grève de la faim pour sauver son bar à chicha Répondre en citant

Tarik, en grève de la faim pour sauver son bar à chicha


Reportage - Depuis le 1er janvier, Tarik, gérant d'un salon à narguilés à Paris, fait de la résistance à la loi anti-tabac. Lundi soir, des policiers sont venus verbaliser ses clients.
Lui attend d'un jour à l'autre un PV. En attendant, il a entamé une grève de la faim pour une dérogation pour les bars à chicha. Il affiche une baisse de fréquentation de 50% en janvier.


Des tables marocaines en mosaïques, des appliques en métal ciselé, des murs rouges, des canapés en velours et... de la fumée blanche s'échappant des narguilés. Le bar à chicha de Tarik, vaste 90 m2 sis près de la place de la Nation, dans le XIe arrondissement de Paris, a ouvert il y a 18 mois, après de longues démarches administratives et 300.000 euros d'investissement. Sur la porte d'entrée, le désormais habituel autocollant : "interdit de fumer", avec la cigarette barrée.

Pourtant, à l'intérieur, deux jeunes filles, un couple et trois hommes d'affaire fument tranquillement des narguilés. Nous sommes le 14 février, soit un mois et demi après l'entrée en vigueur de la loi interdisant de fumer dans les bars, restaurants et discothèques. Et surtout trois jours après un contrôle de police. Lundi soir tard, "trois policiers sont venus pour un simple contrôle, puis, au bout de cinq minutes, ils sont revenus à 30. Ils ont verbalisé six clients pris en flagrant délit, la chicha à la main, parmi les 52 clients présents". Comme le veut la loi, chacun a écopé d'une amende de 68 euros et Tarik, passible de 135 euros, attend d'un jour à l'autre son PV, voire une convocation au commissariat ou au tribunal de police pour une éventuelle sanction. La police décidera peut-être aussi de le convoquer au commissariat pour une mise en garde. Il risque à terme une fermeture administrative pour refus d'obtempérer à la loi.

"La guerre des nerfs"

Si, au mois de janvier, les bars à chicha ont bénéficié d'une certaine tolérance, le sursis a pris fin lundi pour les 800 bars à chicha en France (dont 350 à Paris). Pour Tarik, ces "descentes", qui se multiplient "jusqu'à quatre fois par jours dans d'autres bars à chichas, surtout dans le Ve arrondissement", ne sont pas le fruit du hasard : c'est le résultat d'une "directive envoyée aux policiers pour qu'ils commencent à verbaliser les bars à chicha"... "au moment même où les buralistes de petites communes de province ont été reçus à l'Elysée". Il y a une semaine, Nicolas Sarkozy leur a promis des négociations sur d'éventuels aménagements à la loi (lire notre article).

Mais eux, "rien. Refus de dialoguer" et "silence total", selon Tarik, qui est aussi porte-parole de l'Union professionnelle du Narguilé (l'UNP). L'UNP "tente depuis des mois de négocier" avec le gouvernement pour obtenir une dérogation à la loi anti-tabac. "Nicolas Sarkozy n'a jamais répondu à nos lettres. Roselyne Bachelot (ministre de la Santé) non plus. Seul le ministère de l'Economie nous a reçus deux fois. Il nous a dit d'attendre une décision concernant les salons de narguilés et que d'ici là, il y aurait une tolérance. Mais, depuis lundi, c'est le harcèlement au quotidien, la guerre des nerfs".

"Valeur culturelle"

Voilà pourquoi Tarik (ainsi qu'une jeune serveuse d'un bar à chicha) a entamé, mercredi après-midi, une grève de la faim, suivant l'exemple du buraliste de Loire-Atlantique qui s'était mis en grève de la faim mi-janvier, reçu avec les autres buralistes à l'Elysée la semaine dernière. Il espère ainsi "exister" aux yeux du gouvernement.

Ramzi, un client de son bar, n'y croit pas. "A mon avis, sa démarche n'aboutira pas. Ca ne sert à rien." Pourtant, Ramzi défend la "valeur culturelle" que représentent les bars à chicha, "tout comme les bars à vin ou les bars à bière. Que serait un bar à vin sans vin ?" Selon Tarik, 95% des fumeurs de narguilé ne fument pas la cigarette. Et ce n'est pas dehors qu'ils iront fumer. "Une cigarette dure 5 minutes, le narguilé ¾ d'heure, voire une heure trente". Mais, Ramzi est résigné, "la partie est perdue".

"Les clients ont peur d'être verbalisés"

Certains en effet ont déjà mis la clé sous la porte. "Ils ne gagnaient plus que 6 ou 10 euros par jour", raconte Tarik, et "ils n'ont pas l'autorisation pour devenir une sandwicherie ou un restaurant". D'autres ont investi pour faire des salles fumeurs, des terrasses chauffées ou tentent de se convertir en ‘clubs privés', un "statut qui n'existe pas vraiment dans la loi" explique Tarik. D'autres encore font de la résistance : ils poursuivent leur activité comme avant, au risque d'être verbalisés. A l'instar de Tarik, qui affiche quand même une baisse de fréquentation de 50%. Car "les clients ont peur d'être verbalisés, surtout depuis lundi".

"On nous demande de changer d'activité, mais c'est comme si on demandait à un pharmacien de ne plus vendre de médicaments". Tarik a beau faire aussi de la restauration, la première vocation de son salon, c'est le narguilé. "C'est notre métier, et rien d'autre !"



Source : tf1.lci.fr



Les narguilés ne veulent pas boire la tasse


Un mois et demi après la mise en application du décret anti-tabac, les bars à chichas s'organisent pour tenter de survivre.
« Plus du tout de narguilés? La vache! La mise à mort! » En entrant aux Dunes d'Ali pour fumer une chicha, Clément vient de découvrir avec effarement la situation des bars à narguilés. Depuis la mise en application du décret anti-tabac au 1er janvier, les propriétaires de ces bars n'ont en effet plus le droit de proposer à leurs clients de fumer des narguilés à l'intérieur de leurs établissements, puisque ce produit est assimilé au tabac. Depuis le début de l'année, les trois bars à narguilés de Rennes tentent de réagir, souvent avec l'énergie du désespoir.

Au bar Les Dunes d'Ali, on a préféré ranger les chichas au placard et se contenter de vendre du thé. Résultat : le bar est complètement désert. « Les gens venaient pour les narguilés, se désole Abdel Hajib, le propriétaire. On pensait perdre 70% de notre clientèle. En fait, on en a plutôt perdu 90%. » Au 31 décembre dernier, il avait déjà dû licencier ses deux employés. Aujourd'hui, il avoue avec fatalisme qu'en l'absence de solution, il déposera le bilan « à la fin du mois ».

Cette cessation d'activité risque de laisser ces employeurs dans des situations financières dramatiques. « J'avais déjà eu du mal à m'en sortir en partant de zéro, s'énerve Hassan Hridim, propriétaire du Palmier d'or, alors je ne vois pas comment je vais faire pour repartir avec un crédit de 40 000 € à rembourser. »

« La loi, rien que la loi »

Du côté de la préfecture, on affiche sa fermeté. « La loi sera appliquée, et rien que la loi, affirme le préfet de région Jean Daubigny. Comment voulez-vous que nous appliquions la loi pour les autres lieux publics, et que nous y renoncions pour les bars à narguilés? C'est impossible : la loi est la même pour tous. » Des contrôles policiers ont déjà eu lieu la semaine dernière et quelques procès-verbaux ont été dressés.

Cela a notamment été le cas au Médina, qui refuse toujours de se plier au nouveau décret. « Pour l'instant, je n'ai pas le choix, explique le propriétaire, Rochedi Grissia. Si j'arrête les narguilés, je perds toute ma clientèle. » A terme, il prépare une parade juridique : « Nous réfléchissons à la possibilité de devenir un club privé. » Avec ce statut, les clients deviendraient techniquement membres d'une association, c'est-à-dire d'un cercle fermé d'individus agissant dans un cadre privé. Dans ce cas, le décret pourrait ne pas s'appliquer.

L'idée est subtile. Peut-être trop. Selon Michel Corbé, délégué à la chambre syndicale départementale de l'industrie hôtelière, « ce raisonnement juridique ne tient pas ». En effet, le décret ne s'applique pas seulement dans les lieux « ouverts au public », c'est-à-dire ouverts à toute personne qui souhaite y entrer.

Il vise également les lieux « accueillant du public », même s'ils ne sont pas en accès libre, comme ce serait le cas avec les clubs privés. Le syndicat de la profession, l'UPN (Union des professionnels du narguilé), le syndicat de la profession, qui avait étudié cette possibilité, y a renoncé devant les difficultés juridiques qu'elle soulève.

Les bars à narguilés semblent donc effectivement voués à disparaître. Ne reste plus que l'espoir d'une compensation financière pour les patrons de bars à narguilés. Pour le ministère de la Santé, il est hors de question de céder sur une question de la santé publique. Toutefois, « des négociations sont en cours avec Bercy », au ministère des Finances.


Source : rennes.maville.com



tarik.jpg
 Description:
Tarik, gérant du salon à narguilé Dar Diaffa, dans le XIe à Paris, bon courage dans ce long combat !
 Taille du fichier:  6.05 Ko
 Vu:  29519 fois

tarik.jpg



_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 22 Fév 2008, 09:50    Sujet du message: Loi anti-tabac : baisse de l'activité des cafés-restaurants Répondre en citant

Loi anti-tabac : baisse de l'activité des cafés-restaurants et bars-tabacs

Une baisse de 5% du chiffre d'affaires a été observée en janvier dans les cafés et restaurants, selon un bilan du groupe de travail sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics, alors que les buralistes évoquent une chute de 18% à 20% de leur activité "au comptoir".

Serge Vendemini, professeur de sciences de gestion à l'université de Paris II, a indiqué lors d'une conférence mardi qu'une baisse de 6% de la fréquentation et de 5% du chiffre d'affaires a été observée en janvier, imputable en partie à l'interdiction de fumer et en partie à une baisse du pouvoir d'achat des Français.

L'impact a été "quasiment nul à Paris", dans la moyenne dans les grandes villes, mais plus prononcé, "autour de -9%", en zone rurale.

Les premiers chiffres de février laissent toutefois pressentir "un phénomène de trou d'air" pour février et mars, a-t-il indiqué, se montrant toutefois confiant en une reprise de fréquentation en avril.

La Confédération des buralistes a indiqué de son côté, dans un communiqué, que la loi anti-tabac, appliquée dans tous les lieux publics en France depuis le 2 janvier, a entraîné une baisse de 18% à 20% de l'activité "au comptoir" (vente de cafés, boissons et sandwichs) dans les bars-tabac entre le début de l'année et le 15 février.

La région du nord de la France et la banlieue parisienne sont le plus affectés. Les buralistes pâtissent également d'un recul de 12% à 15% de l'activité jeu et évoquent "une perte considérable de l'ambiance" dans leurs établissements, selon le communiqué.

La Confédération, qui regroupe les quelque 30.000 bars-tabacs français, s'est en outre étonnée de la mise en place d'un groupe de travail sur l'interdiction de fumer dans les lieux publics "dans lequel les buralistes ne sont même pas représentés".

Les syndicats professionnels membres du groupe de travail sur l'interdiction de fumer, coordonné par le Comité national contre le tabagisme, affirment représenter 95% du secteur Cafés, Hôtels, Restaurants, Discothèques et Casinos.

La Confédération des buralistes est en "négociation" avec les pouvoirs publics, depuis début février, pour tenter d'obtenir la possibilité d'implanter des pièces réservées aux fumeurs, avec appareils d'extraction ou d'épuration d'air homologués, ainsi que des dérogations pour les petits établissements. Les négociations devraient s'achever en avril.

Les syndicats professionnels des cafés, hôtels, restaurants, discothèques et casinos souhaitent par ailleurs clarifier la question des terrasses et "obtenir une définition précise et claire de ce qu'on entend par terrasse aérée", afin d'éviter un contournement de la législation.

Le président du Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Synhorcat) Didier Chenet, a indiqué qu'il aborderait ce point lors de son entretien avec la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, prévu vendredi.

De son côté, le Pr Yves Martinet, président du Comité national contre le tabagisme, a souligné l'importance de l'impact de la mesure d'interdiction en matière de santé, réaffirmant son opposition à "une quelconque dérogation au décret".


Source : AFP

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 22 Fév 2008, 09:57    Sujet du message: Encore des résistants à la loi anti tabac, ça fait du bien ! Répondre en citant

« On a construit un mégot-mètre pour nos mégots »


Frédéric Grécaut, patron du bar-tabac La Taverne à Lille, continue d'accueillir les fumeurs.

Depuis janvier, vous continuez d'accueillir les fumeurs dans votre établissement, en opposition avec la loi antitabac. Pourquoi ?

Parce que je ne comprends pas cette loi. On m'autorise à vendre des cigarettes mais pas à fumer. Soit le gouvernement interdit complètement la vente de tabac, soit il n'interdit pas sa consommation.

Pourquoi ne pas avoir équipé votre établissement d'une cabine fumeur ?

Parce que je n'ai pas de personnel et que je suis un gros fumeur. Je ne pourrai pas fermer dix minutes tous les quarts d'heure pour aller m'en griller une dans la cabine. Qui fera tourner la maison pendant ce temps-là?

Vous avez été convoqué au commissariat central à ce propos. Qu'en est-il ressorti ?

Rien. Un policier a pris ma déposition et m'a tendu le procès-verbal. J'ai refusé de le signer [la police affirme le contraire]. Le flic n'était pas foutu de me dire ce que je risquais.

Une amende de 135 euros à chaque infraction... Cela pourrait-il mettre en danger votre bar?

Je ne sais pas. On avisera le moment venu. Mais cela ne me fait pas reculer.

Etes-vous soutenus par vos clients?

Oui par les fumeurs et aussi les non-fumeurs qui viennent pour l'ambiance. Ensemble, on a construit un mégot-mètre, une sorte de cuve d'une centaine de litres dans laquelle on jette nos mégots depuis janvier. Elle commence à être bien remplie.


Source : 20minutes.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
DarkShadow
Administrateur
Administrateur


Age: 36 ans
Sexe: Sexe:Homme
Inscrit le: 21 Mar 2005
Messages: 795
Groupes d'utilisateurs : 
[Admins Admins ]
[ Les artistes ]
[ Les bi-sexuels ]
[ Les casés ]
[ Les côte à côtistes ]
[ Les couples ]
[ Les échangistes ]
[ Les exhibs ]
[ Les extrêmes ]
[ Les gangbangueurs ]
[ Les gays ]
[ Les hétéros ]
[ Les infidèles ]
[Les lesbiennes Les lesbiennes ]
[ Les mélangistes ]
[ Les naturistes ]
[ Les solitaires ]
[ Les trans et travestis ]
[ Les vierges ]
[ Les voyeurs ]
[ Les zoos ]
[Modos Modos ]
[ Pros/Entreprises ]
[ Services payants ]

Pays/Région/Département: Etranger / Autres Pays : Sur le Web Sexy

Statut: Absent

MessagePosté le: 18 Avr 2008, 15:03    Sujet du message: Allemagne: Excédé par les lois anti-tabac : sucide Répondre en citant

Allemagne: Excédé par les lois anti-tabac, un patron de bar se suicide

Berlin, 08/04 - Une récente loi interdisant la cigarette dans les bars et restaurants en Allemagne a fait une victime par suicide, affirme mardi le quotidien populaire Bild, citant le cas d`un patron de bar qui, avant de se donner la mort, a laissé une lettre exprimant son désespoir.

Uli Stegmaier, qui gérait depuis trente ans un bar à Balingen, une petite ville au sud de Stuttgart (sud-ouest), s`est pendu à son domicile à l`âge de 60 ans, après des mois de combat contre la nouvelle législation anti-tabac entrée en vigueur le 1er août dernier, rapporte Bild.

Le désespéré avait vu son chiffre d`affaires chuter de 20% depuis que la cigarette était interdite dans son établissement. Dans la lettre qu`il a laissée avant de se donner la mort, "il n`était question que de son amertume à propos de l`interdiction du tabac.

Cet adieu n`était pas adressé à ses proches, mais au monde politique", a raconté à Bild le beau-frère du défunt, Helmut Rathmann.

Uli Stegmaier s`était massivement engagé contre la nouvelle législation.

Il avait adressé à ce sujet de nombreuses lettres de protestation dans la presse locale et avait écrit sur son site web: "l`Etat bafoue les droits des patrons de bar, et tolère que de nombreuses vies soient détruites".


Source : angolapress-angop.ao



******************

La loi anti-tabac pèse sur l'activité des casinos


Des établissements de jeux de la Côte fleurie enregistrent une baisse d'activité depuis le 1er janvier. Tous vont réaliser des aménagements pour améliorer encore l'accueil des fumeurs.
Réagissez à cet article dans notre forum !
Les volutes de fumée ne coiffent plus les tables de jeux depuis trois mois. La loi anti-tabac a véritablement changé l'atmosphère dans les salles des casinos. Elle a eu aussi des conséquences sur leur activité. Les établissements redoutaient une baisse de clientèle. Et selon le syndicat Casinos de France, représentant plus de la moitié des casinos français : « Beaucoup observent une dégradation de leurs résultats. » Dans un communiqué, il précise même « une baisse globale du produit brut des jeux (1) au premier trimestre 2008, d'environ 10 % par rapport à la même période en 2007. »

L'application de la loi pèse sur l'activité de plusieurs casinos de la Côte fleurie. Le groupe Barrière a constaté une chute moyenne de 8 % de l'activité pour les deux établissements de Trouville et Deauville. Le casino Tranchant de Villers-sur-Mer accuse aussi le coup. Principale inquiétude des directeurs d'établissements : « La baisse, qui était attendue pour le mois de janvier, ne s'est pas atténuée depuis. »


Source : maville.com


******************

L'interdiction de fumer affecterait l'activité des casinos

L'interdiction de fumer affecterait l'activité des casinos

Casinos de France, le premier syndicat de la profession, a fait part, vendredi 4 avril, de sa "très grande inquiétude" en publiant ses résultats du premier trimestre qui montrent une baisse de 10% du chiffre d'affaires. Une tendance due, selon lui, à l'interdiction du tabac dans les lieux publics.
"En tendance annuelle comparable, si l'on se réfère à la fin de l'année 2007, qui avait connu une augmentation du PBJ [Produit brut des jeux, différence entre les mises et les gains, ndlr] de 8%, le recul au premier trimestre 2008 atteint 18%", indique Casinos de France.

18.000 emplois

Le secteur casinotier, qui représente 18.000 emplois directs, est dominé par trois grands groupes: Barrière (39 casinos), leader en chiffre d'affaires, Partouche (47 casinos) et Tranchant (16 casinos). Pour la saison 2006/07, les 197 casinos avaient enregistré des revenus en hausse de 2,8% à 2,8 milliards d'euros (2,1% en 2005/06 et 1,3% en 2004/05).
Mi-février, les bars-tabacs avaient eux aussi fait part de leur inquiétude sur l'application de la loi anti-tabac, en pointant une baisse de 18% à 20% de leur activité "au comptoir".


Source : challenges.fr

_________________
* Admin/Webmaster Plan Hot votre forum libertin *

Avant tout, lisez Les Règles
Nos FAQS / Nos partenaires
DarkShadow est absent  Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Répondre au sujet    Plan Hot - Votre forum de rencontres Sexys ! Index du Forum -> Tout le reste Heures des forums au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Accéder à:   
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Vous pouvez télécharger des fichiers






 
Les partenaires du forum. (C) Plan Hot.         Collectionnez les vous aussi   Vous aimez ces animations ? Découvrez DeskBabes, VirtuaGirls et VirtuaGuys avec leur animations chaudes gratuites sur votre bureau !   
Vgirls (v.soft ou v.lesbienne) / Vguys